Image Credit: S. Makau (CCAFS) - flickr

Les recherches menées par la Science, Technology and Innovation Policy Research Organization (STIPRO) aident le gouvernement tanzanien à exploiter l’innovation pour favoriser une croissance inclusive.

CONTEXTE —L’innovation désigne typiquement le développement et la commercialisation de produits et de services nouveaux ou améliorés, ou l’utilisation de nouvelles techniques pour améliorer l’efficacité d’une organisation. Elle offre la possibilité de stimuler la croissance économique dans les pays en développement, comme le prouvent les exemples des économies émergentes de la Chine, de l’Inde ou du Brésil. Et lorsque l’innovation touche des secteurs impliquant des populations défavorisées, tels que l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, elle permet également de lutter contre la pauvreté. Si les investissements en R&D sont importants pour l’innovation, le système qui met en lien les entreprises privées, les universités et les institutions publiques de recherche participant aux processus d’innovation d’un pays – son système national d’innovation – revêt une importance cruciale. La mesure dans laquelle un pays peut bénéficier de l’innovation dépend en grande partie du fonctionnement de ce système.

Pour un pays à revenu faible tel que la Tanzanie, l’innovation dans des secteurs clés pourrait générer d’énormes progrès économiques et sociaux. Le produit intérieur brut (PIB) du pays a augmenté de 6,5% en 2012 et l’environnement commercial qu’il offre est bon par rapport à de nombreux autres pays africains. Néanmoins, la Tanzanie n’a pas encore su adopter efficacement l’innovation comme stratégie de développement. Bien que le pays possède une grande partie des composantes d’un système national d’innovation, il lui manque des politiques explicites pour faciliter l’interaction des acteurs de ce système.

CE QU’A FAIT LA STIPRO —La Science, Technology and Innovation Policy Research Organization (STIPRO – organisation pour la recherche sur les politiques en matière de science, de technologie et d’innovation) a été créée en Tanzanie en 2001. Ses travaux visent à renforcer les capacités humaines de recherche en matière scientifique, technologique et d’innovation, ainsi qu’à faire prendre conscience de l’importance de la recherche pour les politiques fondées sur des données factuelles. Jusqu’en 2009, la STIPRO fonctionnait dans le cadre d’un réseau et, disposant de peu de ressources, elle était peu connue sur la scène politique, à une exception près : en 2007, un article écrit par le directeur exécutif de la STIPRO au sujet de la situation de l’innovation dans le pays a été publié dans le journal national Majira et a attiré l’attention du Président tanzanien. Peu de temps après, le Président a demandé un examen du système national d’innovation du pays, auquel la STIPRO a été invitée à participer.

Cet examen a révélé que la Tanzanie manquait de données suffisantes pour évaluer les performances de son système national d’innovation et pour générer des solutions viables en vue de l’améliorer. La STIPRO a profité de sa participation au Groupe de travail sur l’examen des systèmes nationaux d’innovation pour présenter les résultats d’une partie de ses recherches et convaincre les décideurs politiques que le pays avait besoin d’un programme de recherche bien organisé, qui permette un suivi continu de son système national d’innovation. S’appuyant sur les résultats de l’examen, le gouvernement est en train d’élaborer une nouvelle politique relative à la science, à la technologie et à l’innovation qui pourra intégrer ce nouveau modèle.

RÉSULTAT —Grâce aux ressources financières et au soutien en termes de renforcement des capacités fournis par l’Initiative Think Tank (ITT) depuis 2009, la STIPRO a pu tirer parti de ses nouvelles relations avec le gouvernement et d’autres parties prenantes à travers l’intensification des travaux de recherche, des ateliers de diffusion et des rencontres avec les décideurs politiques. De là, la STIPRO a été invitée à participer à d’autres groupes de travail, notamment au Dialogue international pour un partenariat intelligent 2013 portant sur l’exploitation de la technologie pour la transformation socio-économique de l’Afrique. Ce groupe de travail, dirigé par le Président tanzanien, comprenait 20 représentants du secteur privé, du gouvernement, d’universités et d’organisations non gouvernementales. La STIPRO a également été invitée à rejoindre le groupe de travail sur le Rapport sur la compétitivité industrielle de la Tanzanie, co-rédigé par le ministère de l’Industrie et du Commerce et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel. Ce rapport propose des stratégies de développement industriel à court, moyen et long terme, qui mettent en évidence les enjeux de renforcement des capacités technologiques.

Parallèlement au renforcement de la crédibilité et de la visibilité de la STIPRO, l’intérêt et la compréhension nationaux au sujet de questions sur le rôle des politiques relatives à la science, à la technologie et à l’innovation dans le développement du pays ont également progressé. On comprend mieux, désormais, l’importance de la recherche pour les politiques fondées sur des données factuelles. L’approche politique a également évolué, passant d’une démarche essentiellement axée sur l’offre (production de connaissances) à la prise en compte de la demande (utilisateurs des connaissances). Grâce à sa participation à des groupes de travail et d’autres activités, la STIPRO a été en mesure d’influencer ces évolutions et, avec la poursuite de ses travaux de recherche, elle continuera à fournir de nouveaux éléments factuels pour les examens et la mise en oeuvre des politiques nationales relatives à l’innovation

Pour en savoir plus sur la STIPRO, consulter le http://www.stipro.or.tz

Renseignements de base

Date Established:
2001

Dar es Salaam, Tanzanie
Google Map of -6.80000,39.28330