Image Credit: Visual News Associates - World Bank

Le Sustainable Development Policy Institute (SDPI) incite le gouvernement du Pakistan à faire de l’insécurité alimentaire une question de sécurité nationale.

CONTEXTE —Le Pakistan est depuis longtemps lieu de conflits et de violence, en particulier la région occidentale. Par conséquent, les politiques du gouvernement mettent l’accent sur la sécurité nationale, au détriment des secteurs social et économique que sont l’éducation, la santé, l’énergie et le commerce. Des changements de gouvernement fréquents et la persistance des régimes militaires ont fait dévier le Pakistan de la voie vers le développement social et économique. En partie à cause de cette inaction, l’insécurité alimentaire est en voie de poser non seulement un problème humanitaire urgent, mais aussi une menace de plus à la sécurité nationale. La faim peut conduire à des gestes désespérés et plusieurs analystes sont d’avis que les forces extrémistes l’utilisent pour inciter des Pakistanais vulnérables au militantisme violent.

Le Sommet mondial de l’alimentation de 1996 a défini ainsi la sécurité alimentaire : « la sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active. » Une étude de référence produite par le Sustainable Development Policy Institute (SDPI), en collaboration avec la Direction du développement et de la coopération de la Suisse et le Programme alimentaire mondial, a porté cette question à l’avant-scène au Pakistan.

CE QUE LE SDPI A FAIT —Le SDPI, établi en 1992, est reconnu au Pakistan et partout en Asie du Sud pour ses compétences relatives aux questions de développement durable, entre autres, la sécurité alimentaire. Il a constaté que, la sécurité alimentaire n’étant pas au premier rang des priorités du gouvernement, il n’existait pas de données nationales crédibles et accessibles sur le sujet. Le think tank a voulu remédier à cette lacune et a mené à cette fin une étude sur l’insécurité alimentaire dans les régions rurales du Pakistan en 2003. Six ans plus tard, en guise de suivi, il publiait une étude phare intitulée Food Insecurity in Pakistan 2009. Selon l’étude, près de la moitié des 165 millions de Pakistanais souffraient d’insécurité alimentaire en 2009 et la situation s’était grandement détériorée depuis 2003. En effet, on avait noté une augmentation marquée du nombre de districts où prévalaient des conditions inadéquates empêchant d’assurer la sécurité alimentaire. Toujours selon l’étude, l’insécurité alimentaire touchait davantage la région occidentale sujette au conflit, en particulier les territoires tribaux administrés par le gouvernement fédéral et les provinces du Baloutchistan et du Khyber Pakhtunkhwa.

Première du genre réalisée au Pakistan, l’étude démontrait en outre qu’il existait des liens entre le militantisme et la sécurité alimentaire, ce qui a attiré l’attention des responsables de l’élaboration des politiques et des bailleurs de fonds. Le SDPI a alors profité de l’occasion pour préconiser un changement de paradigme selon lequel les responsables des politiques s’attaqueraient à l’insécurité alimentaire non seulement parce qu’il s’agissait d’un enjeu humanitaire, mais aussi parce qu’elle constituait une question de sécurité nationale. Le SDPI a oeuvré à la création d’un ministère responsable de la sécurité alimentaire, le ministère de la Sécurité alimentaire nationale et de la Recherche, et il a du même coup incité à la mise en place d’une structure de gouvernement précise chargée d’assurer le suivi et la prestation de programmes axés sur la sécurité alimentaire et la nutrition. En reconnaissance de l’important travail effectué par le SDPI, le secrétaire du nouveau ministère a nommé son directeur général président du Groupe de travail du comité sur le programme d’élimination de la faim. Le groupe se compose de représentants des Nations Unies, d’organismes bilatéraux, d’organismes de la société civile, Oxfam notamment, et de responsables gouvernementaux compétents. Il a pour tâche d’aider le nouveau ministère à mettre en place les structures et les programmes nécessaires à l’élimination de la faim au Pakistan et il a réussi à obtenir l’appui du premier ministre du pays alors en poste.

RÉSULTAT —En mars 2012, le SDPI a aidé le nouveau ministère de la Sécurité alimentaire nationale et de la Recherche à organiser le National Workshop on Food Security in Pakistan: Future Challenges and Coping Strategies (Atelier national sur la sécurité alimentaire au Pakistan : défis à venir et stratégies d’adaptation), en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et Oxfam. Le premier ministre du Pakistan a assisté à l’atelier et a profité de l’occasion pour annoncer une nouvelle initiative du gouvernement visant à lutter contre l’insécurité alimentaire : le Programme national d’élimination de la faim. Il a également annoncé la création du Conseil national de la sécurité alimentaire, composé de représentants des gouvernements fédéral et provinciaux, du secteur privé et de la société civile, entre autres, du SDPI.

L’atelier de six jours avait pour objectifs la formulation de la stratégie opérationnelle du nouveau ministère et l’élaboration d’un ensemble de lignes directrices et de cadres destinés au nouveau programme. S’inspirant des programmes mis en oeuvre au Brésil et en Indonésie, le Programme national d’élimination de la faim, d’une durée de cinq ans, vise 61 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire au sein des ménages du Pakistan. Le programme a défini six priorités : i) la prestation de programmes de repas scolaires dans les districts les plus touchés par l’insécurité alimentaire; ii) la prestation d’un programme de nutrition à l’intention des enfants de moins de cinq ans; iii) la prestation d’un programme de nutrition à l’intention des femmes enceintes et des mères qui allaitent; iv) l’établissement de filets de sécurité sociale ciblés et conditionnels; v) l’établissement de boutiques participant au programme d’élimination de la faim (magasins généraux vendant des produits alimentaires subventionnés) dans les districts touchés par une insécurité alimentaire sévère; vi) la coordination entre les ministères fédéraux et provinciaux, ainsi qu’avec les partenariats public-privé. À titre d’exemple de réussite, le ministère de la Sécurité alimentaire nationale et de la Recherche vient de conclure un accord avec le Programme alimentaire mondial grâce auquel 500 000 tonnes métriques de blé offerts par le gouvernement du Pakistan seront transformées en aliments nutritifs. Ces aliments serviront à des programmes d’alimentation destinés en particulier aux enfants souffrant de malnutrition, aux femmes enceintes et aux enfants de l’école primaire.

Malheureusement, le changement de gouvernement survenu après les élections de 2013 au Pakistan a ralenti la mise en oeuvre de ces projets. Le SDPI en est donc à nouveau à militer auprès du nouveau gouvernement afin qu’il accorde la priorité au Programme d’élimination de la faim, tout en poursuivant l’évaluation des régions très touchées par l’insécurité alimentaire.

Pour en savoir plus le SDPI, consulter le www.sdpi.org

Renseignements de base

Date Established:
1992

Islamabad, Pakistan
Google Map of 33.71820,73.06050