Image Credit: Ray Witlin - World Bank

Les élections présidentielles qui ont eu lieu au Sénégal en 2012 ont donné l’occasion à l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR) d’intégrer l’agriculture et le développement rural au programme politique.

CONTEXTE —L’économie du Sénégal est largement tributaire de l’agriculture. Ce secteur est une source importante de recettes d’exportation et emploie 60 % de la population active. Dans les régions rurales, l’agriculture représente toujours la plus grande part du revenu des ménages, mais les agriculteurs font face à des difficultés de taille pour rendre leurs exploitations viables. Ils pratiquent dans l’ensemble une agriculture de subsistance et le pays est en proie à l’insécurité alimentaire. Pourtant, malgré le rôle central que jouent l’agriculture et le développement rural dans l’économie du Sénégal, ces questions n’ont jamais fait partie du débat public.

CE QUE L’IPAR A FAIT —L’IPAR a vite saisi l’occasion que les élections présidentielles de 2012 lui offraient de faire des questions agricoles et rurales un enjeu prioritaire du débat électoral. En collaboration avec divers intervenants (notamment des agriculteurs membres de 28 fédérations paysannes, une plateforme regroupant 178 ONG nationales, des responsables des politiques, des candidats politiques et les médias), elle a défini quatre thèmes stratégiques pour orienter le débat, à savoir la sécurité alimentaire, l’emploi agricole, les réformes agraires et le financement de l’agriculture. Elle a ensuite mis en oeuvre une stratégie d’influence en quatre étapes.

Étape 1: La mobilisation des médias, grâce à un atelier de formation visant à sensibiliser les journalistes à ces questions.

Étape 2: L’organisation d’un forum électronique, fondé sur les quatre thèmes stratégiques, visant à réunir les intervenants.

Étape 3: L’organisation d’un forum citoyen, en collaboration avec des organismes d’agriculteurs et la plateforme du Conseil des ONG d’appui au développement, en vue de faciliter les discussions directes avec les représentants des candidats à la présidence.

Étape 4: La réalisation d’entrevues avec des candidats par le truchement de la presse écrite, de la radio et de la télévision.

Afin d’avoir accès aux décideurs, aux candidats politiques et à leurs représentants, l’IPAR a établi des alliances et des relations avec des candidats par l’entremise de son organe exécutif et des membres de son conseil.

RÉSULTAT —L’IPAR a facilité la tenue d’un dialogue entre des intervenants multiples, lequel a permis un débat public sur les programmes et les propositions présentés par les candidats en matière d’agriculture et de développement rural. Cet exercice a amené bon nombre des candidats à peaufiner leurs propositions pour traiter des questions soulevées par l’IPAR et ses partenaires. L’IPAR a également préparé un questionnaire d’entrevue avec les médias à l’intention des deux candidats à la présidence. Ces derniers ont alors renouvelé leurs engagements de s’attaquer à ces questions.

Depuis, le nouveau gouvernement du Sénégal a fait de la sécurité alimentaire une priorité absolue et il a exhorté les partenaires du développement à réagir à la crise avec plus d’efficacité. Par son travail, l’IPAR a accru sa visibilité comme organisme, capable de transmettre les résultats de ses recherches aux membres de l’équipe de campagne du président élu, et de nouer des relations avec cette équipe qui joue désormais un rôle influent au sein du nouveau gouvernement.

Pour en savoir plus sur l’Institute of Economic Growth, consulter le http://www.ipar.sn/

Renseignements de base

Date Established:
2004

Dakar, Sénégal
Google Map of 14.69280,-17.44670