Image Credit: Curt Carnemark - flickr

L’Instituto de Estudios Avanzados en Desarrollo (INESAD) produit des données probantes en matière de politiques au moyen d’outils de simulation permettant de lutter contre la déforestation en Bolivie.

CONTEXTE —Possédant plus de 50 millions d’hectares de forêt tropicale, la Bolivie est l’un des pays qui abritent la plus grande biodiversité. Malheureusement, elle détient aussi l’un des taux de déforestation les plus élevés. Tous les ans, on y détruit près de 300 000 hectares de forêt au profit de l’expansion agricole, produisant ainsi près de 150 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone, soit 15 tonnes par habitant. Même si l’agriculture en Bolivie offre des rendements très faibles en comparaison des pays voisins, les terres agricoles contribuent encore beaucoup plus au produit intérieur brut, par hectare, que les forêts. Cette situation incite fortement l’entreprise privée tout comme le gouvernement à repousser les limites de ces terres. Cependant, les forêts représentent aussi une valeur non économique : elles abritent des millions d’espèces uniques et offrent une protection contre les répercussions des changements climatiques.

L’immensité de ses forêts, son taux de déforestation élevé, ses faibles rendements agricoles et sa biodiversité font de la Bolivie un candidat de premier plan pour participer au mécanisme international de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD). Ce mécanisme, qui fait toujours l’objet de négociations, offre des mesures incitatives commerciales et financières afin d’aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts dans les pays en développement. Mais à plusieurs reprises, la Bolivie a fermement rejeté le recours à un mécanisme fondé sur l’échange des droits d’émissions de carbone et sur les compromis. En revanche, elle se penche sur l’élaboration d’un autre outil qui tient compte des forêts et des collectivités qui y vivent de manière beaucoup plus globale. L’Instituto de Estudios Avanzados en Desarrollo (INESAD) y a vu l’occasion de mettre l’expérience et les compétences considérables qu’il possède dans le domaine des forêts et des changements climatiques au service du gouvernement de la Bolivie et d’autres intervenants clés afin d’examiner des solutions de rechange en matière de politiques qui contribueraient à réduire la déforestation.

L’immensité de ses forêts, son taux de déforestation élevé, ses faibles rendements agricoles et sa biodiversité font de la Bolivie un candidat de premier plan pour participer au mécanisme international de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD). Ce mécanisme, qui fait toujours l’objet de négociations, offre des mesures incitatives commerciales et financières afin d’aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts dans les pays en développement. Mais à plusieurs reprises, la Bolivie a fermement rejeté le recours à un mécanisme fondé sur l’échange des droits d’émissions de carbone et sur les compromis. En revanche, elle se penche sur l’élaboration d’un autre outil qui tient compte des forêts et des collectivités qui y vivent de manière beaucoup plus globale. L’Instituto de Estudios Avanzados en Desarrollo (INESAD) y a vu l’occasion de mettre l’expérience et les compétences considérables qu’il possède dans le domaine des forêts et des changements climatiques au service du gouvernement de la Bolivie et d’autres intervenants clés afin d’examiner des solutions de rechange en matière de politiques qui contribueraient à réduire la déforestation. types de mesures incitatives, à savoir des paiements versés en fonction de la réduction des émissions de CO2 dans le cadre du mécanisme REED+, des paiements versés à des fins de préservation (des incitatifs monétaires offerts aux propriétaires fonciers afin qu’ils assurent la gestion de leur terre de sorte à en tirer des avantages sur le plan écologique) et des taxes imposées sur la déforestation. D’après les résultats obtenus, le mécanisme proposé par la Bolivie (qui combine des paiements versés à des fins de préservation et des taxes sur la déforestation) procure à la population bolivienne des avantages beaucoup plus importants et beaucoup mieux répartis que les paiements versés dans le cadre du mécanisme REDD+. Sur le plan de l’environnement, il contribue de manière semblable à la réduction de la déforestation, des émissions de CO2 et de la perte de la biodiversité.

L’INESAD a aussi mis au point un autre outil, le jeu éducatif SimPachamama , qui simule le comportement d’une petite collectivité établie sur la frontière agricole. Le joueur examine divers moyens de réduire à la fois la déforestation et la pauvreté dans une collectivité forestière. Il joue le rôle d’un maire qui doit mettre en oeuvre des politiques visant à améliorer le plus possible le bien-être des personnes sans pour autant nuire à l’environnement. La simulation s’étend sur une période de 20 ans et permet aux utilisateurs d’en apprendre sur les répercussions que peuvent avoir différentes politiques et les compromis que les responsables de l’élaboration des politiques doivent faire dans leur quête de solutions pour réduire la déforestation.

RÉSULTAT —L’INESAD a appliqué ses outils de simulation de politiques à la conception d’un autre mécanisme de réduction de la déforestation pour la Bolivie, le Mécanisme conjoint d’atténuation et d’adaptation pour la gestion intégrée et durable des forêts (Mecanismo Conjunto de Mitigación y Adaptación para el Manejo Integral y Sostenible de los Bosques de la Madre Tierra). Les avantages techniques importants qu’offrent ces outils ont aidé le gouvernement de la Bolivie à négocier l’obtention d’un financement destiné à l’élaboration du mécanisme de remplacement. Ainsi, l’ONU-REDD a promis d’y octroyer 1,1 million USD et l’ambassade du Danemark s’est engagée à verser 26 millions USD en appui au projet. Vu les compétences que possède l’INESAD dans ce domaine, l’ambassade du Danemark lui a confié le mandat de coordonner l’élaboration d’un programme de soutien à la gestion intégrale et durable des forêts et des ressources énergétiques de la Bolivie, d’une valeur de 40 millions USD, qui sera réalisé de 2014 à 2018. À cette fin, l’INESAD a participé à plus d’une centaine de réunions avec des intervenants clés du gouvernement de la Bolivie et de la société civile et d’autres bailleurs de fonds en Bolivie, et a préparé une douzaine d’études préliminaires. On lui a également demandé d’élaborer le cadre institutionnel d’un nouvel organisme public, l’Autoridad Plurinacional de la Madre Tierra, chargé de contrôler et de surveiller la déforestation dans tout le pays. De plus, le personnel de l’INESAD a rédigé les décrets suprêmes régissant le Fondo Plurinacional de la Madre Tierra, le mécanisme financier à l’appui du nouvel organisme.

Pour en savoir plus, consulter le http://www.inesad.edu.bo/simpachamama/

Renseignements de base

Date Established:
2008

La Paz, Bolivie
Google Map of -15.95000,-67.83330