Image Credit: John Isaac

Grâce à la recherche fondée sur des données probantes effectuée par l’Institute of Economic Growth (IEG), l’Inde s’apprête à élargir l’assurance maladie aux personnes atteintes du VIH-sida.

CONTEXTE —En l’absence d’une couverture santé universelle, les sommes que doivent débourser les Indiens pour obtenir des soins de santé de qualité représentent un défi pour la grande majorité. Les personnes atteintes du VIH et du sida font face à un problème supplémentaire, car les produits d’assurance maladie offerts par les sociétés d’assurances publiques et privées excluent le VIH, une maladie qui, estime-t-elles, dépasse la portée de l’assurance.

CE QUE L’IEG A FAIT —Depuis plus d’une décennie, l’Unité de recherche sur les politiques en santé (HPRU) de l’Institute of Economic Growth (IEG) se penche sur la couverture santé, en général, et une couverture pour le VIH-sida, en particulier. Dans le cadre de ce travail, l’IEG a collaboré avec des ONG internationales, les Nations Unies, le secteur de l’assurance et le gouvernement, afin d’étudier la possibilité de recourir à d’autres modèles d’assurance et de fournir à cet égard des données probantes pertinentes. En 2011, en raison de la réputation unique dont jouit l’IEG dans la région, Project Connect (mis en oeuvre par Population Services International et financé par l’USAID) lui a demandé de participer à un projet visant à recueillir des données probantes stratégiques sur l’intégration du VIH à l’assurance maladie.

L’IEG a apporté au projet ses compétences en matière d’économie et d’établissement des coûts et a entrepris des travaux dont les résultats ont démontré qu’il était fort improbable que la couverture du VIH nuise aux profits des sociétés d’assurance. En février 2011, Project Connect, en collaboration avec la National AIDS Control Organization (NACO), l’USAID et le projet Health Systems 20/20, a organisé la conférence internationale de haut niveau, Mainstreaming HIV and AIDS: Role of Insurance Sector in India. L’IEG y a présenté les constatations ayant émané de ses travaux et a participé aux délibérations visant à expliquer les raisons pour lesquelles il est judicieux sur le plan économique d’offrir une assurance aux personnes atteintes du VIH et du sida. Ont assisté à la conférence des hauts fonctionnaires du ministère des Finances, l’Insurance Regulatory and Development Authority, la NACO, des sociétés d’assurance, des chercheurs internationaux, des ONG, des bailleurs de fonds bilatéraux et des organisations des Nations Unies.

RÉSULTAT —La conférence a été l’aboutissement d’un long processus de recherches fondées sur des données probantes effectuées par une poignée de chercheurs et d’instigateurs de changements de l’Inde. Le rôle que l’IEG a joué par le truchement d’activités de plaidoyer fondées sur la recherche a été déterminant dans ce processus, surtout grâce aux travaux novateurs qu’il avait réalisés antérieurement dans ce domaine, à une époque où très peu de personnes en Inde s’intéressaient au sujet. La conférence a eu des répercussions importantes et le reportage paru dans le journal The Lancet l’a qualifiée de l’une des activités importantes à avoir eu lieu cette semaine-là à l’échelle internationale dans le domaine de la médecine. Elle a aussi donné lieu à de nombreuses activités, entre autres, un plus grand nombre de publications et d’activités de diffusion, ainsi que la publication d’un article clé rédigé sous la direction de l’IEG dans le livre Three Decades of HIV/AIDS in Asia, en 2012.

C’est au sein de la National AIDS Control Organization que s’est manifesté l’impact stratégique le plus important. En effet, l’organisme a intégré une assurance pour les personnes atteintes du VIH et du sida à la quatrième phase de son programme national de lutte contre le sida visant la période 2012-2017. En février 2012, l’Insurance Regulatory and Development Authority de l’Inde a ordonné aux sociétés d’assurance de couvrir le VIH à compter d’octobre 2012, suscitant ainsi une modification des politiques.

En conséquence de l’importante contribution de l’IEG à l’élaboration d’une politique de santé inclusive en Inde, le Go To Global Think Tank Ranking de l’Université de Pennsylvanie a classé l’Institut, deux années de suite (en 2011 et en 2012), au rang des 30 premiers instituts de recherche du monde qui contribuent à l’amélioration des politiques de santé.

Pour en savoir plus sur l’Institute of Economic Growth, consulter le http://www.iegindia.org

Renseignements de base

Date Established:
1952

Delhi, India
Google Map of 28.63530,77.22500