Image Credit: Igor Ovsyannykov

Les recherches de FUSADES sur la criminalité dans les transports en commun au Salvador ont débouché sur plusieurs campagnes nationales de sensibilisation du public menées par les responsables du transport en commun et des groupes de la société civile. Ces campagnes ont pour but d’améliorer la sécurité publique dans les transports en commun, en préconisant par ailleurs un comportement respectueux chez les usagers, spécialement envers les femmes et les jeunes filles.

CONTEXTE — Au Salvador, plus de 80 % des citoyens empruntent régulièrement les transports en commun comme principal moyen de transport pour se rendre au travail, aller à l’école ou avoir accès à des services[1]. Cependant, la violence et la criminalité sont en hausse et des données démontrent que 3,3 % de tous les homicides perpétrés dans le pays entre 2008 et 2013 ont eu lieu dans un véhicule de transport en commun[2]. En outre, des enquêtes sur les actes de violence menées en 2013 et 2015 confirment qu’environ 20,6 % de tous les vols et attaques surviennent dans un autobus, et 7,5 % à un arrêt d’autobus. Cela soulève de graves préoccupations sur le plan de la sécurité et augmente également la peur et le malaise chez les usagers du transport en commun. Malheureusement, on possède peu de renseignements sur les facteurs qui sous-tendent ces crimes particuliers, car les statistiques officielles sont rares ou difficiles à obtenir, et peu de recherche a été effectuée jusqu’à maintenant sur la violence dans les transports en commun.

CE QU'A FAIT FUSADES — Compte tenu de ce manque de renseignements, FUSADES a mené une étude pour mieux comprendre les causes de la violence dans les systèmes de transport en commun et ses répercussions pour les usagers, tout en recueillant des données pour faciliter la prise de décisions quant aux interventions appropriées. Bien que la criminalité soit présente dans bien des secteurs, FUSADES a décidé de se concentrer spécifiquement sur la criminalité dans les transports en commun, en raison du manque de recherche et de preuves disponibles pour bien comprendre son ampleur et ses particularités. En tant que telle, l’étude avait pour but de trouver des solutions pratiques pour prévenir la criminalité et le désordre dans les transports en commun, tout en réduisant la peur chez les usagers. FUSADES a effectué une analyse systématique des transports en commun dans la ville de San Salvador et dans les secteurs urbains avoisinants, a procédé à un examen du cadre juridique pertinent, et a dirigé des discussions de groupe avec divers intervenants – usagers des transports en commun, chauffeurs d’autobus, propriétaires d’autobus et policiers. Ces discussions ont permis de cibler certaines des principales sources de désordre et formes de criminalité, et de définir des solutions d’amélioration possibles.

Il convient de signaler que le transport en commun au Salvador fonctionne selon un accord de concession : l’État est le propriétaire officiel des diverses lignes, qui sont desservies entièrement par des entreprises privées. Le vice-ministère des Transports désigne les sociétés pouvant fournir des services sur les différentes lignes. Les principales conclusions du travail de FUSADES révèlent que le système de transport en commun est généralement perçu comme chaotique, et qu’il favorise une concurrence excessive et désorganisée entre les sociétés pour recruter des usagers. On a aussi découvert que des permis sont souvent délivrés à des sociétés et à des propriétaires d’autobus individuels qui n’ont pas les capacités administratives et financières requises pour assurer un service adéquat.

Parmi les autres sources de désordre, on a relevé le mauvais état des autobus et des arrêts d’autobus, le manque d’application des lois et règlements, une surveillance inappropriée de la part des  autorités, et le comportement inapproprié des chauffeurs d’autobus et, dans  certains cas, des usagers eux-mêmes. Les conclusions ont démontré que les crimes surviennent habituellement à bord des autobus ou aux arrêts d’autobus, et parmi les crimes signalés, les plus courants sont, entre autres, le harcèlement sexuel envers les femmes, les vols et les attaques, l’extorsion envers les propriétaires d’autobus, et la collusion entre les exploitants et les criminels.

LES RÉSULTATS — Selon l’étude, la criminalité pourrait être nettement réduite si l’on implantait un programme soutenu de prévention situationnelle de la criminalité. Un certain nombre de recommandations stratégiques ont été faites aux décideurs, notamment au ministère du Travail et à d’autres intervenants concernés. Celles-ci comprennent, entre autres, la mise en application de mesures visant à prévenir la perpétration de crimes dans les autobus ou les arrêts d’autobus, l’application adéquate des lois et règlements, et la tenue de campagnes de sensibilisation pour promouvoir le respect entre les usagers, et régler les problèmes liés à la sécurité. 

Ces recommandations permettent déjà la prise de mesures pour améliorer la sécurité dans les transports en commun au Salvador. Par exemple, le système de transport intégré de la zone urbaine de San Salvador (SITRAMSS) a mis sur pied des campagnes visant à promouvoir un comportement respectueux chez les usagers des transports en commun, en particulier envers les femmes et les jeunes filles. On a notamment diffusé des messages sur des écrans de télévision dans les autobus, affiché des encarts publicitaires dans les autobus et les arrêts d’autobus, et joint les usagers des transports en commun dans les médias sociaux.

Une initiative de femmes appelée « Table des dirigeantes », rassemblant des représentantes des secteurs public et privé, utilise également les conclusions sur le harcèlement sexuel envers les femmes en prévision d’une campagne de sensibilisation à l’échelle nationale qui aura lieu prochainement. Cette campagne mettra l’accent sur la promotion du respect envers les femmes et incitera les victimes de harcèlement sexuel à signaler la situation. En outre, la Escuela de Comunicaciones Mónica Herrera utilise les conclusions de l’étude pour une étude de cas dans l’un de ses cours postsecondaires. On demande aux étudiants d’examiner les conclusions de l’étude et de préparer des propositions de stratégies visant à prévenir le harcèlement sexuel envers les femmes. Des pourparlers sont en cours afin que les meilleures propositions soient communiquées à la « Table des dirigeantes » aux fins d’utilisation dans les futures campagnes de sensibilisation.

Tous ces efforts et ces initiatives constituent une étape importante dans la réalisation de notre objectif visant à améliorer la sécurité des usagers des transports en commun au Salvador, et à promouvoir un comportement respectueux chez les usagers, en particulier envers les femmes et les jeunes filles. 

[1] Viceministerio de Transporte (vice-ministère des Transports) (VMT) (2013). Renseignements généraux sur les lignes d’autobus et de minibus. San Salvador
[2] Institut de médecine légale (IML) (2013). Statistiques sur les homicides, Département universitaire chargé des statistiques, San Salvador.

Renseignements de base

Date Established:
1983

San Salvador, El Salvador
Google Map of 13.70690,-89.20180