Image Credit: Summer Burkes

En facilitant la communication entre le gouvernement et la population de la région du delta du Niger, le Centre for Population and Environmental Development (CPED) contribue à rétablir la paix dans ce territoire hostile.

CONTEXTE —Le Nigeria est le principal producteur africain de pétrole et de gaz et le 13ème plus grand producteur de pétrole à l'échelle mondiale. Les recettes publiques de ce pays dépendent à près de 80 pour cent de l’exportation de pétrole brut et les recettes d’exportation en dépendent à plus de 90 pour cent. La majorité de l’extraction pétrolière et gazière du Nigeria est effectuée dans la région du delta, où sont implantés la plupart des grands groupes pétroliers multinationaux.

La région du delta du Niger compte également plus de 40 millions de personnes qui appartiennent à plus de 40 groupes ethniques différents. Alors que le pétrole a contribué de façon significative au développement d'autres parties du Nigeria, la région du delta reste sévèrement sous-développée. Les communautés où l’exploration et la production pétrolières s’effectuent à terre connaissent des problèmes de déforestation à grande échelle, d’érosion, de destruction des terres arables et de dégradation de l’environnement. Les personnes qui vivent dans la région du delta et dont la survie dépend de la terre ont dû lutter contre la pauvreté brutale, le chômage et les risques pour la santé.

Au vu des coûts humains et environnementaux négatifs des activités en lien avec le pétrole dans la région du delta, des représentants autochtones, de jeunes gens pour la plupart, se sont affrontés avec les multinationales et le gouvernement nigérian, leur reprochant leur manque d’action. Cette résistance s’est transformée en militantisme, les représentants affichant une hostilité ouverte et usant de la violence, allant jusqu’à détruire les installations pétrolières et interrompre l’activité économique. Par conséquent, les compagnies pétrolières ont réduit leur production, celle-ci passant de 2,5 millions de barils par jour en 2005 à 1 million de barils par jour en 2009. Le gouvernement a alors fait appel aux forces armées comme solution provisoire, mais celles-ci n’ont pas contribué à rétablir la paix ni protégé ou garanti la production pétrolière et gazière. Les parties prenantes de la région du delta du Niger, et notamment les chefs de communauté, les chefs religieux, la société civile et les militants, ont demandé à ce qu’une attention accrue soit portée au développement de cette région. Le Centre for Population and Environmental Development (CPED) est alors entré en jeu.

CE QUE LE CPED A FAIT—Le CPED est un organisme de recherche axée sur les politiques indépendant et non partisan à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir le développement durable et de réduire la pauvreté et les inégalités au Nigeria. Ce centre a reconnu que la réponse classique des pouvoirs publics face à la violence de la situation – à savoir l’utilisation des forces armées – ne permettrait pas de construire une paix durable ni de promouvoir la survie économique de la nation.

En 2005, le CPED a lancé un programme de recherche sur la construction de la paix dans la région du delta du Niger dans l'objectif d'influencer une révision des politiques existantes dans cette région. Le CPED a mené des travaux de terrain minutieux et des échanges avec les principales parties prenantes de cette région, ainsi qu’avec les décisionnaires au niveau national, fédéral et local. Le centre en a conclu que les diverses parties prenantes de la région du delta du Niger souhaitent qu’une plus grande attention soit portée au développement de cette région, et notamment à la formation et à l’emploi des jeunes chômeurs (ces derniers étant souvent recrutés comme militants). Les conclusions de cette recherche ont également révélé la volonté de toutes les parties prenantes, y compris des militants, d'œuvrer pour la paix dans cette région. Le CPED a préparé un rapport indiquant qu’un dialogue était nécessaire entre les responsables des groupes militants en guerre dans la région du delta et les représentants gouvernementaux au niveau fédéral, national et local.

Le CPED n’avait cependant pas les ressources pour communiquer ses résultats de recherche et ses recommandations en matière de politiques. En 2009, le centre a reçu un soutien financier de la part de l’Initiative Think Tank et a pu alors continuer de développer sa stratégie de recherche et de diffusion. Ses conclusions ont alors été largement communiquées par l’intermédiaire de notes d’orientation, d’ateliers, de séminaires et de communications personnelles avec les acteurs clés de cette région.

RÉSULTAT —En 2009, le gouvernement fédéral et les responsables militants de la région du delta ont annoncé un accord visant à mettre fin à la violence, accord qui a par la suite pris la forme d’un programme d’amnistie. Cet accord a permis de mettre fin à l’offensive militaire contre les jeunes de cette région et de lancer un programme visant à réhabiliter, former et employer les jeunes. Une paix relative est revenue dans la région du delta du Niger pendant les quatre années qui ont suivi le programme d’amnistie. L’avenir de cette région repose en grande partie sur le respect par le gouvernement et les responsables des groupes militants de leurs engagements.

Cette expérience a appris au CPED que les conclusions des recherches n’ont pas l'impact politique prévu si elles ne sont pas communiquées de façon efficace aux décisionnaires. En effet, même si les travaux de recherche initiaux du CPED étaient rigoureux et apportaient des preuves évidentes de l’importance d’un dialogue entre le gouvernement et les groupes militants, c’est finalement sa stratégie de diffusion efficace qui a eu une influence sur le plan politique et a permis un processus de changement dans la région du delta du Niger.

Pour en savoir plus sur le CPED consulter le www.cpedng.org

Renseignements de base

Date Established:
1999

Benin City, Nigéria
Google Map of 6.33908,5.62648